Last Updated:

Les produit Google nuisent gravement à votre santé !

Il y a peu, nous avons appris que Google avait recueilli des données sur la santé dans le cadre d'un projet qu'il a baptisé "Projet Nightingale". Dans le cadre d'un partenariat avec Ascension, Google aurait recueilli des données pendant environ un an sur des patients dans 21 États américains sous la forme de résultats de laboratoire, de diagnostics médicaux et de dossiers d'hospitalisation, entre autres, ce qui représente des antécédents médicaux complets, y compris les noms et dates de naissance des patients.

Cela survient quelques jours à peine après l'annonce de l'acquisition par Google de FitBit pour 2,1 milliards de dollars, une société de suivi de la condition physique et de données sur la santé.

Google fait actuellement l'objet d'une enquête aux États-Unis et a une longue expérience des fusions et acquisitions, ainsi que des infractions au droit de la concurrence dans l'UE, notamment des violations de la concurrence sur le marché de la recherche, sur Google Play Store et Android, et sur le marché de l'acquisition de publicité en ligne.

Même si ces nouvelles ne sont pas une grande surprise, voici les raisons pour lesquelles elles sont profondément troublantes :

  • En 2018 seulement, Alphabet, la société mère de Google, a généré 85 % de ses 136,22 milliards de dollars de revenus provenant de la diffusion de publicités ciblées aux utilisateurs de ses nombreux services de contact, dont le système d'exploitation Android, Google Search, YouTube, Gmail et de nombreux autres.
  • Toute donnée supplémentaire que Google aura à sa disposition ne fera que les rendre plus puissants au détriment des gens.
  • Les données sur la santé sont incroyablement sensibles.
  • En 2015, 1,6 million d'enregistrements ont déjà été partagés entre le Royal Free Hospital (RFH) au Royaume-Uni et DeepMind AI de Google.
  • Il est clair que ce que Google veut, c'est être le fournisseur de l'infrastructure des soins de santé. Partout dans le monde, nous assistons à l'émergence d'un " complexe gouvernement-industrie ", qui conçoit, gère et met en œuvre l'accès aux services de santé et leur prestation, entre autres programmes de protection sociale.
  • La portée de l'accord de Google avec Ascension est immense !
  • Même en dehors de ces contrats et de ces efforts, Google en sait déjà beaucoup sur la santé des gens grâce à leurs recherches, leur localisation et le site Web qu'ils visitent.
  • Google a également un accord de recherche avec la Mayo Clinic pour l'utilisation de leur Cloud ; et Google peut accéder aux informations anonymisées des patients pour former des algorithmes.
  • Google déclarait en 2014 : "Nous ne nous rendons pas vraiment compte du bien énorme que peuvent apporter les gens en partageant l'information avec les bonnes personnes de la bonne façon." Mais les patients sont oubliés.
    Il est grand temps de passer à l'action !

Nous ne pouvons accepter qu'un tel partage de données intrusif ait lieu sans le consentement explicite des utilisateurs.

Nous ne devrions pas laisser les gouvernements s'enthousiasmer à l'idée que l'intelligence artificielle sacrifie la dignité au profit qui alimente secrètement la surveillance des entreprises et permet à Google de manipuler, de profiler et d'exploiter les utilisateurs, et en particulier ceux qui doivent s'attaquer aux problèmes de santé et de bien-être. Nos besoins en soins de santé ne doivent pas être considérés comme un nouveau marché à exploiter.

Nous demandons la transparence. Y a-t-il eu un appel public pour ce projet ? Dans l'affirmative, les détails ont-ils été rendus publics ? Les patients, les citoyens et la société publique devraient pouvoir examiner le traitement des données. La nécessité d'un contrôle externe est cruciale pour ce type de projet.

Nous demandons aux régulateurs comme les autorités de la concurrence et de la protection des données d'examiner de près l'appétit de Google pour les données. Si les événements FitBit et Ascension n'agissent pas comme un signal d'alarme, nous ne savons honnêtement pas ce qui le fera.

Nous nous demandons s'il est possible de construire un monde où vous et vos professionnels de la santé êtes impliqués dans les décisions concernant vos données et qui y a accès. Nous espérons qu'il n'est pas trop tard pour le savoir.